Questions • réponses

Trouvez toutes les réponses à vos questions sur le don d'organes et de tissus.

Comment exprimer son refus ?

Je ne veux pas donner mes organes après ma mort, comment le faire savoir ?

Paula
Que dit la loi ?

Quelle est la loi sur le don d'organes ?

Nicolas
Que dit la loi ?

Qu'est-ce que le consentement présumé ?

Delphine
Que dit la loi ?

Nouveau décret, qu’est ce qui a vraiment changé en 2017 ?

Marie
Les étapes du don à la greffe

Y a-t-il une limite d'âge pour donner ses organes ?

Samira
Le don du vivant

Qui peut donner un rein de son vivant ?

Agnès
Toutes les questions

Tout savoir

Le don post-mortem

Quand une personne décède

Malgré la mobilisation des équipes médicales, une personne décède. Après le constat du décès émis par un membre de l’équipe de réanimation, le défunt est pris en charge par une équipe de coordination hospitalière.

L’équipe médicale consulte le registre national des refus

L’équipe de coordination hospitalière s’assure que le défunt ne s’était pas opposé au don. Elle consulte d’abord le registre national des refus et s’il n’y est pas inscrit, l’équipe consulte ses proches pour savoir s’il s’était opposé de son vivant. Si c’est le cas, aucun prélèvement n’est envisagé.

Le diagnostic

En l’absence d’opposition du défunt, des analyses sont effectuées pour évaluer la qualité des organes et des tissus. L’Agence de la biomédecine est prévenue, et recherche les receveurs compatibles dans les plus brefs délais. Toute la chaîne se met alors en marche.

L’accompagnement des proches

La coordination hospitalière apporte une attention constante à l’accompagnement et au soutien des proches endeuillés tout au long du processus du don. Jusqu’à l’étape du prélèvement, son rôle est aussi de préserver les organes et tissus du défunt.

Le prélèvement des organes

Le prélèvement peut avoir lieu. L’équipe chirurgicale de prélèvement effectue cette opération avec le même soin que pour une personne en vie. Le corps est ensuite préparé et rendu à la famille.

Le transport des organes

Une équipe de greffe est présente sur place afin de récupérer les organes et les transporter vers les hôpitaux en voiture, train, avion selon les distances et les urgences. Le patient receveur est appelé à se rendre à l’hôpital afin de se préparer à recevoir la greffe.

La conservation des organes

Jusqu’à la greffe, les organes sont conditionnés à 4°C dans des conteneurs spécifiques. Les tissus sont conservés dans des banques qui en gèrent la distribution.

La greffe sur le patient receveur

Les équipes chirurgicales de greffe peuvent alors procéder à l’opération de greffe sur le patient. Une greffe peut mobiliser jusqu’à 8 personnes et peut durer près de 12h.

Le suivi du receveur

Grâce à la greffe, une autre vie va pouvoir se poursuivre. Elle n'est possible que par le travail collectif de l’ensemble de la chaîne du don à la greffe.

Le don du vivant

Quels sont les organes concernés ?

Le don d’organes de son vivant concerne essentiellement le rein et, dans une moindre mesure, un lobe de foie. Il est en effet possible de vivre bien avec un seul rein.

Qui peut donner à qui ?

Lorsqu’un patient a besoin d’une greffe de rein, une personne de son entourage proche peut se proposer pour être le donneur vivant : un parent, un fils, une fille, un frère ou une sœur, son conjoint, grands-parents, oncles ou tantes, cousins, conjoint du père ou de la mère.

Qui peut donner à qui ?

La loi de bioéthique du 7 juillet 2011 a également élargi le cercle des donneurs vivants aux amis proches du receveur pouvant apporter la preuve d’une relation d’au moins deux ans avec ce dernier.

Les conditions médicales pour donner

Les conditions médicales à réunir sont très strictes. Le donneur fait l’objet d’un bilan médical complet : examens cliniques, radiologiques et biologiques pour s'assurer de la compatibilité et de l'absence de risque pour le donneur et pour le receveur.

Les démarches du donneur

Le parcours du donneur est jalonné de démarches : information sur les risques et les conséquences éventuelles du prélèvement délivrée par l'équipe médico-chirurgicale, l'expression de son consentement au tribunal de grande instance et la convocation par le comité donneur vivant qui autorise ou non le prélèvement.

L’opération du donneur et du receveur

Jusqu’à l’opération, le donneur a la possibilité de revenir sur sa décision à tout moment. L’opération de prélèvement du donneur et celle de la greffe du receveur est effectuée au sein d’un même hôpital.

Le suivi du donneur

Le suivi médical du donneur est réalisé chaque année par l’équipe de greffe ou par le médecin traitant. Une échographie rénale est pratiquée tous les deux ans.

Un don gratuit et volontaire

Le don du rein de son vivant est gratuit et librement consenti. Quelque que soit le lien entre le donneur et le receveur, toute forme de pression psychologique ou financière est interdite par la loi. C'est pour cela qu'un don de son vivant ne peut être fait à un anonyme.

Les organes concernés

Le rein

Le rein est l'organe le plus greffé : 3 643 greffes en 2019

Le foie

1 355 greffes en 2019

Les poumons

384 greffes en 2019

Le coeur

425 greffes en 2019

Le pancréas

107 greffes en 2019

Les intestins

1 greffe d'une partie des intestins en 2019

Les tissus

Des tissus peuvent être prélevés tels que des os, des artères, des valves cardiaques, des veines, des tendons ou des ligaments, et des cornées. En 2019, 5 032 personnes ont été greffées de la cornée, 233 malades ont reçu une greffe d'épiderme, 2 343 de greffes vasculaires.

Ils témoignent
portraits croisés

  • Jean Claude

    Y a-t-il une limite d'âge pour donner ses organes ?
  • Chloé

    Est-ce que je peux choisir quels organes je ne veux pas donner ?
Back to top