Comment en parler ?

Que se passe-t-il si je n'ai pas donné mon avis sur le don d'organes avant mon décès?

Liliane

Notre réponse

Bonjour, 

Les types de décès permettant le prélèvement d’organes et de tissus sont dans la plupart des cas des morts brutales. Les proches viennent d’apprendre le décès d’un parent, d’un conjoint, et seront sollicités pour s’assurer de son éventuelle opposition écrite (ou éventuellement orale) au don Quand on parle de don d’organes ou de tissus, on fait référence à la volonté de la personne qui va être prélevée. Quand on parle de prélèvement, on fait référence à l’acte médical qui est rendu possible par le don. En France, le prélèvement ne peut pas se faire sur une personne qui était contre le don. de ses organes et tissus si le défunt n’est pas inscrit sur le registre national des refus.

En France, la loi indique que nous sommes tous donneurs d’organes et de tissus, sauf si nous avons exprimé de notre vivant notre refus d’être prélevé. C’est la raison pour laquelle, lorsque l’on est opposé au prélèvement de tout ou partie de ses organes et tissus après la mort La mort correspond à la destruction totale et irréversible des fonctions de l’encéphale, à savoir l’ensemble formé par le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral. Le constat de mort repose sur trois observations cliniques : l’absence totale de conscience et de mouvements, la disparition totale des réflexes du tronc cérébral, l’absence de respiration spontanée. , il est important de s’inscrire sur le registre national des refus pour éviter ainsi à ses proches de vivre une situation douloureuse qui viendrait s’ajouter au deuil. Un accompagnement et un soutien des proches par la coordination hospitalière des prélèvements seront, dans tous les cas, mis en œuvre tout au long de ce processus.

En espérant avoir répondu à votre question,

l'Agence de la biomédecine.

Back to top