J’ai des questions

 

J’AI DES QUESTIONS

C’est qui un proche ?

Mon frère, ma femme, mon père ou ma fille … en fait c’est tout simplement la personne susceptible d’être appelée par l’hôpital s’il m’arrive quelque chose. Alors dire mon choix à des amis, aux voisins, ou aux collègues c’est bien, mais à mes proches c’est franchement mieux.

Et si je ne dis rien ?

Imaginons, je suis pour le don de mes organes, mais seulement voilà, je ne dis rien, et voilà que je meurs dans des conditions qui permettent le prélèvement. Les médecins se tournent alors vers mes proches pour connaître mon choix sur le don d’organes, c’est comme ça, c’est la loi. Seulement comme j’ai rien dit, mes proches doivent alors décider à ma place. C’est une épreuve qui s’ajoute à leur douleur. Dans l’urgence et dans le doute, ils pourraient bien dire "non".

Quand on est vieux ou malade, on peut donner ?

Il n’y a pas de contre-indication au don d’organes a priori. Quelque soit l’âge ou le dossier médical, ce sont les médecins qui évaluent au cas par cas chaque organe qui pourra être greffé à un malade.

Combien de personnes je peux sauver ?

Cœur, foie, reins... sur un seul donneur, on prélève généralement plusieurs organes, ce qui permet de greffer en moyenne 4 personnes.

Est-ce que je peux choisir quels organes je donne ?

Oui, tout a fait. Il suffit de préciser à vos proches ce que vous voulez et ne voulez pas donner pour qu’ils en témoignent au moment du décès auprès de l’équipe médicale.

Qu’en pensent les religions ?

Les prélèvements d’organes en vue de greffe ne rencontrent pas d’objection de principe. Toutes les religions invitent leurs fidèles à réfléchir au don d’organes et disent leur accord dès lors qu’il s’agit de sauver des vies en péril.

Et si je ne veux pas donner mes organes ?

Vous pouvez le dire à vos proches ou vous inscrire sur le registre national du refus qui est systématiquement consulté par l’équipe médicale. Aucun prélèvement d’organes ne sera envisagé si vous y êtes inscrit. Et si on change d’avis, on peut se désinscrire à tout moment.

Dans quel état est rendu le corps ?

Le prélèvement, c’est une opération au bloc opératoire, dans les mêmes conditions et avec le même soin que pour une personne en vie. Les incisions sont refermées par des points et recouvertes par des pansements. Après l’opération, le corps est habillé et rendu à la famille, qui peut réaliser les obsèques qu’elle souhaite. Aucune cicatrice n’est apparente, aucun frais n’est demandé.

Et si je change d’avis ?

Une décision n’est pas obligatoirement définitive, vous avez le droit de changer d’avis. Encore une fois, la démarche et simple, il suffit d’en informer oralement vos proches.

Est-ce que mon corps sert pour la science ?

Donner son corps à la médecine pour les cours d’anatomie des étudiants n’a strictement rien à voir avec le don d’organes destiné à soigner des malades. Pour léguer son corps à la science il faut s’inscrire auprès d’une faculté de médecine.

Ma famille pourra-t-elle contacter les personnes greffées ?

Non impossible et c’est pareil pour les personnes greffées C’est la règle de l’anonymat entre le donneur et le receveur. En revanche, la famille du donneur peut savoir, auprès de l’équipe médicale qui l’a suivie, si les greffes ont réussi. Cet anonymat permet de préserver la famille du donneur et d’aider aussi les personnes greffées à prendre de la distance par rapport à l’organe qu’ils ont reçu même s’ils pensent régulièrement à leur donneur.

Le dire c’est le seul moyen ?

Donneur ou pas, il y a deux moyens légaux de faire connaitre son choix sur le don de ses organes : le dire à ses proches et, seulement pour ceux qui sont opposés au don, s’inscrire au registre national des refus.
Remplir une carte de donneur d’organes ou glisser un mot dans son portefeuille, pourquoi pas, si ça vous aide ou vous rassure dans votre démarche. Mais il faut savoir que carte ou pas, si un prélèvement d’organes est possible, les médecins devront interroger votre famille car la loi l’impose.

JE LE DIS, MODE D’EMPLOI

JE SUIS PLUTOT :

Très occupé

Dire votre choix sur le don d’organes ? Oui, évidemment, bien sûr… mais dans le tourbillon de votre vie quotidienne vous savez déjà que vous allez oublier…

Pour vous aider à vous le rappeler, télécharger le widget.

Soucieux de ne choquer personne

Pour parler du don d’organes à vos proches, prenez :

  • 1 bonne dose de simplicité
  • 1 cuillère de spontanéité
  • 1 pincée de respect

Mélanger selon votre inspiration, sans trop travailler la pâte :pâte : le plat doit vous ressembler, gare aux sauces trop travaillées ! Assaisonner d’une louche d’écoute et servez lorsque vous êtes prêt.

Accompagner le plat de bulles de sérénité. Qu’ils soient chauds, tièdes ou froids, acceptez la réaction de vos proches.

Si elle n’est pas à votre goût, n’en faites pas tout un plat !

Finalement, c’est en expliquant votre choix avec vos mots que vous aurez le plus de chance de faire respecter votre volonté par vos proches.

Superstitieux

Certains pensent que parler du don d’organes, c’est réveiller la menace que les choses se produisent.

Bien sûr, se voir mort, ce n’est pas la situation la plus agréable à imaginer, mais ne laissez pas la superstition vous empêcher d’engager la conversation.

Il s’agit simplement d’un échange avec vos proches grâce auquel vous serez sûr qu’en cas de problème, votre volonté sera respectée.

La mort, ça fait partie de la vie, y penser et en parler à ses proches, c’est quelque chose finalement d’assez naturel et de responsable.

Incapable de trouver le bon moment

Regardez autour de vous ! La vie fournit régulièrement des occasions d’aborder simplement le sujet avec vos proches. Une actualité, un film, une émission de télé, ou encore l’hospitalisation d’un proche, un deuil familial, la greffe d’un collègue… Saisissez la balle au bond !

Il n’y a pas non plus de moment ou d’endroit idéal : le plus important, c’est la spontanéité ! À tout âge, que vous soyez en voiture, dans la cuisine ou à l’arrêt du bus, si toutes les conditions sont réunies pour vous lancer, pas d’hésitation : allez-y !

Webophile

Pourquoi ne pas utiliser votre ordinateur pour faire connaître votre choix à vos proches ? Voici un message personnalisable à leur envoyer, avec un lien pour voir le spot TV.

Je souhaite faire connaître mon choix à un proche, je lui écris un mail maintenant qui pourra contenir, par exemple, le contenu suivant : 

Objet : don d’organes je le dit

Message :

Bonjour,

Ma décision est prise, je souhaite donner mes organes en cas de décès brusque. Je te le dis et comme cela, si jamais il m’arrive quelque chose, tu connaîtras mon choix et tu pourras en témoigner pour moi. Si tu veux en savoir plus sur le sens de cette démarche, clique sur le lien www.dondorganes.fr.

Merci beaucoup pour ton attention.

DES OUTILS A TELECHARGER

Le guide

Vous avez fait votre choix, dites-le simplement à vos proches. Maintenant.

Destiné au grand public, ce document de 12 pages explique les enjeux du don d’organes et l’importance d’en parler entre proches. Il répond également aux questions les plus fréquentes. Il propose enfin aux personnes souhaitant laisser une trace écrite de leur position une carte de donneur et un formulaire d’inscription au registre national des refus.

L’affiche

Vous pouvez télécharger l’affiche sur la journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneur qui a lieu le 23 juin.

 

 

Etre donneur ou pas après sa mort Donner un rein de son vivant Tout savoir sur la greffe Les campagnes d’information Agenda