Tout savoir sur la greffe

 

Chaque organe est essentiel au bon fonctionnement de notre organisme.

Les organes greffés

On sait aujourd’hui greffer avec succès six organes différents. Le rein est le plus couramment greffé. Suivent le foie, le coeur, les poumons, le pancréas et des parties de l’intestin.

En 2014, ce sont au total 5 357 organes qui ont été greffés.

Lire la transcription

Les malades concernés

Parmi les malades qui peuvent être amenés à recevoir un jour une greffe d’organes, on rencontre des personnes atteintes de malformation cardiaque, de mucoviscidose, d’insuffisance rénale terminale, de certains cancers…

On rencontre également des patients de tous âges, du bébé à des personnes de plus de 70 ans. En 2014, la moyenne d’âge des donneurs était de 57,4 ans, 39,8 % des donneurs ont plus de 65 ans et il est possible de recevoir un organe jusqu’à plus de 70 ans.

La décision de greffer est prise au cas par cas par un médecin. Tout dépend de l’évolution de la maladie, de l’efficacité des traitements prescrits, de l’état de santé général du malade. La greffe d’organes peut même représenter pour certaines pathologies le seul traitement. C’est le cas pour les maladies virales du foie (cirrhose) ou aigüe du foie, certaines tumeurs cancéreuses du foie à un stade précoce ou encore certaines maladies du cœur (infarctus, pathologies ischémiques) ou atteintes pulmonaires.

Le remplacement de l’organe déficient est envisagé par le médecin qui suit le patient lorsque plus aucun traitement ne fonctionne. Lorsqu’une greffe de cœur, de foie ou de poumons est décidée, c’est qu’elle est devenue vitale pour le patient : l’organe est en très mauvais état et le patient est en danger de mort à court ou moyen terme. Dans le cas des patients atteints d’insuffisance rénale terminale, la greffe est la seule alternative à la dialyse et, elle améliore considérablement la qualité et l’espérance de vie des patients.

Le cas de la greffe rénale

Si la greffe de rein est rarement vitale, elle change radicalement la vie de celui qui en bénéficie.

Sans greffe, les personnes en insuffisance rénale terminale sont astreintes à la dialyse à vie. Elles doivent se rendre trois fois par semaine à l’hôpital, à chaque fois durant quatre à six heures, pour filtrer leur sang avec un appareil qui remplace le travail des reins.

La dialyse est un traitement lourd et pénible qui altère la qualité de vie et la santé générale des patients. Ceux-ci sont durablement affaiblis et placés en situation de dépendance qui les oblige souvent à réduire ou cesser toute activité professionnelle.

La dialyse est particulièrement préjudiciable pour les enfants. Elle les fragilise physiquement, avec des retards de croissance à la clé. Pour cette raison, les enfants dialysés sont prioritaires sur la liste d’attente de reins.

L’attente du greffon

Une fois que la décision de greffer est prise, le médecin inscrit le malade sur la liste nationale d’attente de greffe gérée par l’Agence de la biomédecine. Du fait de la pénurie d’organes à greffer, l’attente peut durer des mois, parfois des années. A chaque fois qu’un greffon est disponible, il est attribué en priorité aux malades répondant aux critères d’urgence définis dans les règles d’attribution.

Même si la chaîne de prélèvement et de greffe se perfectionne d’année en année, il arrive que des patients décèdent en liste d’attente, faute de greffe à temps.

20 311 personnes ont eu besoin d’une greffe en 2014.

Partager cet article   Partager cet article sur Facebook - Nouvelle fenêtre
Etre donneur ou pas après sa mort Donner un rein de son vivant Tout savoir sur la greffe Les campagnes d’information Agenda