Etre donneur ou pas après sa mort

Le dire à vos proches

Si vous souhaitez que vos organes et tissus soient greffés à des malades après votre décès ? Dites- le simplement à vos proches ! Le dire à ses proches (conjoints, parents, famille…), c’est le moyen le plus efficace pour signifier votre choix et pour qu’il soit respecté.

La seule et unique façon de faire connaître votre choix est de le confier à vos proches. Après avoir consulté le registre national des refus, c’est vers eux que les équipes médicales se tourneront pour s’assurer que vous n’étiez pas contre le don de vos organes avant d’envisager tout prélèvement.

Que vous portiez une carte ou non, vos proches seront interrogés par les équipes médicales sur votre position concernant le don d’organes.

Informer vos proches c’est donc s’assurer que votre volonté sera respectée, au cas où. Cela permet aussi d’épargner un questionnement douloureux pour les proches, dans un moment déjà difficile.

Rien ne remplace la parole échangée.

Si vous ne souhaitez pas donner vos organes et tissus après votre mort, parlez-en à vos proches et inscrivez-vous sur le registre national des refus.

Don d’organes. 5 Vidéos pour tout comprendre.

La loi en moins d’1 minute.

Lire la transcription

Le consentement présumé, c’est quoi ?

Lire la transcription

 

 Et si je ne veux pas donner mes organes ?

Lire la transcription

 

Pourquoi je dois informer mes proches ?

Lire la transcription

 

La carte de donneur : utile ou pas ?

Lire la transcription

Article mis à jour le 2 novembre 2015
Partager cet article   Partager cet article sur Facebook - Nouvelle fenêtre
Etre donneur ou pas après sa mort Donner un rein de son vivant Tout savoir sur la greffe Les campagnes d’information Agenda